jeudi 7 juin 2018

BAYER ANNONCE LA SUPPRESSION DE LA MARQUE MONSANTO... ET ALORS ?

Les Verts I ALE au parlement européen


Selon un communiqué du groupe allemand, la transaction entre Bayer et Monsanto sera clôturée le 7 juin. Afin de limiter l'impact de la mauvaise réputation de l'entreprise américaine, Bayer a décidé d'en supprimer le nom. Toutefois, "les produits issus de l'acquisition conserveront leurs noms de marque et feront partie du portefeuille de Bayer".

L'intégration de Monsanto est une "étape stratégique essentielle". Elle permettra au géant allemand de contrôler l'ensemble de la chaîne agricole avec les savoir-faire et les marchés de Bayer pour ce qui concerne les pesticides et ceux de Monsanto pour les semences et les herbicides.

Après l'intégration de Monsanto, Bayer pèsera 20% du marché mondial des semences et des produits phytosanitaires, loin devant Syngenta et Dow-Dupont. A elle seule, la R&D représentera un investissement de 2,4 milliards d'euros en 2017. Bayer attend de la fusion avec Monsanto "une contribution positive au bénéfice par action à partir de 2019" qui devrait "atteindre en 2021 un pourcentage à deux chiffres".

Concernant le glyphosate, si le président de Bayer déclare  que "l'agriculture de précision pourrait un jour permettre d'en utiliser des quantités infinitésimales", il affirme aussi qu'il ne sera pas possible de trouver des alternatives à ce produit "efficace, peu cher et sur le marché depuis 40 ans" avant une décennie.
Vu la volonté de l'industrie chimique de profiter de la manne que représente ce produit et les semences qui vont avec, lobbies obligent,  on comprend mieux la décision du Gouvernement et de la majorité de ne pas intégrer dans le texte de loi "Agriculture et alimentation", l'interdiction du glyphosate dans trois ans. 

En éliminant le nom de Monsanto, Bayer cherche à en occulter les antécédents, l'agent orange est encore dans les têtes... Mais doit-on oublier :
  • que l'entreprise fournissait le Zyklon B, insecticide pour le moins efficace, utilisé dans les chambres à gaz par le troisième Reich (livre de Fabrice Nicolino "un empoisonnement universel" présenté en page lecture ? 
  • que l'entreprise commandait dans les camps de la mort des groupes de déportées pour "mener à bien" des expérience sur de nouvelles molécules (Quand la firme Bayer achetait des "lots de femmes" à Auschwitz") ?

Alors que le représentant de Bayer en France bombe le torse en affirmant "maintenir les normes les plus élevées en matière d'éthique et de responsabilité", on ne doit pas oublier pour autant que Bayer est l'un des grands producteurs de néonicotinoïdes, dont les effets sont dévastateurs pour la biodiversité (Reporterre sur France Inter : les néonicotinoïdes doivent être bannis affirment 233 scientifiques"). 

Grande partie mondiale de bonneteau, mais quand on regarde dans les pots, il n'y a pas de bonne surprise !... Mariage de deux monstres qui annonce une note salée pour l'environnement !