lundi 10 décembre 2018

FAIRE REVENIR L'AGRICULTURE DANS LES VILLES / LA FERME DES BORDES EST SUR FRANCE CULTURE !

Faire revenir l'agriculture dans la ville; l'exemple Francilien  - Emission et publication  de France Culture.


"Il fut un temps où 80% de ce que mangeait Paris était produit dans sa banlieue. Est-il permis d'imaginer y revenir? Suite de la semaine spéciale COP24 sur France Culture, Focus sur la région Francilienne à l'occasion de l'exposition "Capital Agricole" au pavillon de l'Arsenal.





Du ventre de Paris à Rungis, les Halles de Paris ont suivi le chemin des agriculteurs. Autrefois concentrés autour de la capitale, les producteurs spécialistes de la banlieue produisaient près de 80% de ce qui était consommé par les Parisiens entre 1890 et 1930. Aujourd'hui le ratio s'est pratiquement inversé, voir pire. Paris, si une catastrophe survenait, ne disposerait que de trois jours d'autonomie alimentaire.


En moins d'un siècle, en Ile de France, la surface des terres agricoles a diminué de moitié aux dépens du bâti mais aussi de ces fameux "espaces verts" dont la plus-value est quasi nulle en terme de biodiversité.


Une exposition intitulée "Capital agricole" explore cette transformation jusqu'en janvier, à Paris, notamment à l'aide d'une cartographie comparée. Elle appelle aussi à repenser les concepts de Nature, d'agriculture et d'Urbain pour tenter de réimbriquer ces trois espaces qui se sont séparés au fil du temps, en sacrifiant au passage beaucoup d'espèces animales et végétales. Ainsi qu'une certaine idée de la vie en commun.


Reportage auprès de Victor Bello, jeune agriculteur installé en maraichage biologique à Milly la forêt . Grâce à l'association Terre de liens, il approvisionne près d'une centaine de familles des alentours en légumes et œufs frais. Venu de Mantes la Jolie, il souhaitait "relocaliser" la production de légumes pour les Franciliens de cette région d'Ile de France, située sur la route de Fontainebleau."





Pour l'émission, c'est ICI.

mardi 13 novembre 2018

PRESENTATION DU DOCUMENTAIRE: L'EMPIRE DE L'OR ROUGE A ETAMPE LE SAMEDI 24 NOVEMBRE




Dans le cadre du festival AlimenTerre, l'AMAP d'Etampes "Le panier de la tour penchée" vous invite le samedi 24 novembre à la projection du documentaire "l'empire de l'or rouge" et au débat qui se déroulerons de 20h à 22h au 19 rue de l'Alun à Etampes, dans les locaux de l'Ecole de l'Ere Libre.
Entrée gratuite pour toutes et tous. Boissons et grignotages à prix doux !
Pensez cependant à amener votre assise: tapis, coussins, poufs ou tabourets, les chaises étant réservées aux ainés.

"Que mange t'on quand on ouvre une boite de concentré de tomates, lorsque l'on verse du ketchup dans son assiette ? Pendant deux ans, Jean-Batiste Malet a retracé le voyage d'une tomate de la chine au Ghana en passant par l'Italie, le Canada et les Etats-Unis. Ce film nous emmène à la rencontre des traders, cueilleurs, entrepreneurs, paysans… qui se cachent derrière l'industrie de la tomate" (Alimenterre).

Pour en savoir plus, regardez la bande annonce :




mardi 6 novembre 2018

PETITION POUR UNE AGRICULTURE EUROPEENNE DURABLE



L'agriculture industrielle inonde les champs de pesticides et ignore le bienêtre des animaux d'élevage. Malgré cela, elle perçoit chaque année près de 60 milliards de subventions européennes, financées directement par nos impôts (c'est le poste de dépenses  le plus important du budget européen). 

Nos dirigeants débattent actuellement de la redistribution du budget agricole de l'union européenne. Celui-ci ira-t-il aux agriculteurs qui produisent une nourriture saine et traitent les animaux avec humanité? Ou continuera-t-il à alimenter une agriculture industrielle nocive pour les humains, les animaux et l'environnement?

Pour que cesse ce soutien inconditionnel à l'agriculture industrielle, le mouvement "Bonne Nourriture, Bonne Agriculture ("Good Food, Good Farming") met en ligne un appel à favoriser le développement d'une agriculture durable que vous pouvez signer ICI. Les signatures récoltées permettront de montrer que les citoyens européens sont particulièrement préoccupés par la qualité de leur alimentation et par l'avenir de l'agriculture.



lundi 22 octobre 2018

"WINE CALLING", UN DOCUMENTAIRE JUBILATOIRE

"Wine calling", c'est un documentaire de Bruno Sauvard sur les nouveaux vignerons qui, en Occitanie comme un peu partout en France, font revivre les terroirs au travers de vins natures.
Epris de liberté, ils font naître des vins qui leur ressemble.



Ces vins vont au-delà du Bio dans la mesure ou ils sont conduits sans intrants chimiques, sans recours à ces techniques qui font qu'aujourd'hui les vins ont perdu leur âme. Cela réclame un accompagnement au plus près des saisons, des sols, en passant par la taille jusqu'à la récolte puis l'élevage de ces breuvages qui ont su prendre leurs lettres de noblesse.



La plupart de ces vignerons ne sont pas fils ou filles d'agriculteurs. Ils viennent d'un peu partout pour inventer les vins qu'ils aiment. Le documentaire de Bruno Sauvard leur donne la parole pour raconter leur passion, leurs doutes et pour boire et faire la fête. 

Grand moment de liberté, de légèreté et de joie sur un rythme endiablé qui vous donnera la pêche !

A voir le 8 novembre prochain à 20h30 au cinéma de l'espace Marcel Carné de Saint-Michel-sur-Orge :
Rencontre et dégustation avec Catherine Bernard, vigneronne et auteure de "Dans les vignes".

Pour en savoir plus lisez l'article de Reporterre 

samedi 20 octobre 2018

ALLOUE, UN VILLAGE QUI VEUT QUE VIVE LA TERRE

Le maintien d'exploitations agricoles de taille humaine, respectueuses de la terre comme des paysages est toujours aussi épineux. La transmission du foncier reste problématique. Alors quand une commune se mobilise pour préserver son environnement, ses activités et le lien social, il est toujours bon d'en parler (à lire en intégralité sur Reporterre).

 Située en Charente, Alloue est une petite commune de 520 habitants qui compte à ce jour 23 fermes essentiellement tournées vers l'élevage ovin et bovin. A une heure de Limoges, Poitiers et Angoulême, il n'y a pas de bassin d'emploi important à proximité. Préserver la vie du village, c'est essentiellement maintenir une activité agricole importante. Or, ici comme sur tout le territoire, les petites exploitations disparaissent  et ce sont les céréaliers des villages alentours qui reprennent les terres disponibles.


La commune d'Alloue compte 23 fermes essentiellement tournées vers l'élevage ovin et bovin - photo Reporterre

Jusque là rien d'original sauf que les habitants du village ont relevé les manches : "le travail a commencé avec la création d'une commission agricole au sein de la mairie d'Alloue. Ce regroupement composé d'agriculteurs a travaillé sur la problématique du renouvellement des générations agricoles, en prenant comme point clé, le foncier. L'idée de monter une société coopérative où tous les acteurs peuvent participer est née.  En 2016 la SCIC (société coopérative d'intérêt collectif) "Terres en chemin" voyait le jour avec pour objectif d'agir sur le mouvement des terres et de devenir une zone tampon entre cédant et repreneurs" (InPACT Poitou-Charentes).

Le rôle de la Scic est de stocker les terres. Elle loue les prairies des agriculteurs partis à la retraite et s'en occupe, en attendant qu'un jeune vienne s'installer. Pour attirer les jeunes à Alloue, la Scic travaille main dans la main avec l'association d'expérimentation agricole Champs de partage. Les personnes accompagnées par l'association vont pouvoir se mettre en conditions à Alloue. Certains dans le but de s'y installer et d'autres simplement pour se roder avant de partir ailleurs. Mais la commune accueille également des porteurs de projet souhaitant s'installer sans passer par l'association d'expérimentation agricole.

"Un "espace test" de Champs e partage prêt à accueillir une activité de maraîchage" - Reporterre

Plusieurs projets sont en cours et d'autres seront étudiés au printemps. Cette initiative permet de redonner une cohérence au territoire par le choix des activités initiées, la mise en place de circuits courts…. Selon J.J. Catrain, maire de la commune: "Derrière la Scic et la question de l'alimentation, il ya  tout un projet de société, qui s'appuie sur le lien social dans la commune". Un projet où, finalement, les céréales peuvent trouver leur place: "Depuis peu, une jeune paysanne boulangère s'est installée à Alloue. Elle cultive ses céréales bio sur la commune, fait sa farine et son pain. Du champ au stockage, il y a 500 mètres. Du  stockage au moulin et au four, 100 mètres. Et du four au bourg, un kilomètre".   

Belle initiative dont on souhaite qu'elle fasse des petits….

mercredi 10 octobre 2018

L'EAU BIEN COMMUN- Conférence le 12 octobre à Lardy

Attac Sud Essonne vous invite le 12 octobre 2018 à 20h30 à la conférence de Jean-Luc Touly "L'eau bien commun", salle René Cassin à Lardy.
La conférence sera suivie d'un débat et d'un pot de l'amitié.




Venez nombreux !

lundi 8 octobre 2018

"LA FERME C'EST OUVERT" LE DIAPORAMA





Pour visualiser la vidéo cliquer ici

Merci à Bruno pour le montage, merci à Jeannette, Nicolas, Guillaume et Jean-François pour les photos !






"LA FERME C'EST OUVERT" DU MARCHE PAYSAN AU VILLAGE DES ASSOCIATIONS

Entre légumes plantes, fleurs et produits transformés, le marché paysan, riche en couleurs a remporté un très vif succès.




 
 


Que ce soit les légumes, les poulets et les œufs,



le pain et la confiture,



le chocolat ou le miel





sans oublier la bière ou la charcuterie, chacun a pu y trouver son bonheur. 




Les graines  Kokopéli et les plantes en pots n'étaient pas en reste.


 

Côté restauration, la charcuterie était à l'honneur avec le stand et les plats préparé par Hermann Pauleau . 














A côté, au stand de Sénar'thé, on  avait mis les petit plats dans les grands. résultat, belle affluence!

A l'autre bout de la fête, le village des associations  était tout aussi visité. IL était possible  discuter des problèmes de qualité de l'eau au stand de l'ADSE (Association de défense de la santé et de l'environnement),











d'aborder les problèmes d'environnement avec l'association haie magique,














les plantes médicinales et aromatiques au stand du  Conservatoire,














les problématiques d'accès à la terre avec les association Terre de liens et  abiosol, sans oublier le stand regroupant toutes les AMAP ayant participé de près ou de loin à l'organisation de l'évènement. De quoi bien s'occuper et prendre renseignements et contacts pour comprendre et rentrer dans le cercle vertueux d'une agriculture bio de qualité de proximité, à taille humaine et respectueuse de l'environnement. 
Décidemment, une bien belle journée…




jeudi 4 octobre 2018

"LA FERME C'EST OUVERT": JEUX ET ANIMATIONS

Dès le matin, les jeux traditionnels en bois étaient à l'honneur, faisant le plaisir des petits et des grands.

Des jeux de quilles  au billard à barres






En passant par le remonte balles ou le billard japonais,






Les parties ont été acharnées…






permettant aussi aux enfants de s'amuser entre eux … sans trop se préoccuper des parents.





Le village associatif proposait également de belles surprises entre le stand de lire et faire lire,


 



Chevêche 77 ou les enfants pouvaient découvrir les rapaces diurnes et nocturnes et reconnaître certains oiseaux,






sans compter une active participation à l'oeuvre collective dont nous avons déjà parlé… 







et la fabrication d'objets à base de feutre et de laine dans le stand de l'association défi-laine.








Dans l'après midi les visiteurs ont pu apprécier la qualité du spectacle proposé sous le chapiteau par la compagnie "les cintrés" avant les déambulations échassières  d'un équilibriste tout feu tout flamme.




Bref de quoi s'amuser pour les petits, se divertir entre deux ateliers ou visites pour les grands et profiter au mieux de  ce premier samedi d'automne.





dimanche 30 septembre 2018

"LA FERME C'EST OUVERT": DEBATS ET VISITES DE FERMES



La fête paysanne de la plaine de Milly a été un lieu privilégié d'échanges entre visiteurs et paysans au travers de débats et ateliers mais également de visites de fermes qui ont attiré environ 300 visiteurs. 

Les activités ont commencé dès le samedi matin avec un débat organisé sous le chapiteau par Terre de liens. Le thème développé "une transmission-reprise réussie au sein de la plaine de Milly la Forêt : comment reproduire cette expérience en Ile-de-France", était supporté par l'expérience des installations de Thomas et Victor. Des esprits chagrins auraient pu penser qu'un tel sujet n'attirerait pas les foules un jour de fête, et pourtant le public était là.




Nos paysans participaient au débat, ne manquant pas d'expliquer les difficultés rencontrées sur leurs parcours respectifs mais également de dire l'importance de la solidarité dans la réussite de ces projets de nouvelles installations (prêts, mise en commun de matériel, échanges de connaissances…).











L'après-midi, le chapiteau abritait des ateliers sur différents thèmes  allant de "l'implication des citoyens pour soutenir et développer l'agriculture bio" à des sujets beaucoup plus techniques comme "la veille foncière, qu'est-ce que c'est".

Dans le même temps, se déroulaient les visites de fermes et une visite du Conservatoire national des plantes à parfum, médicinales et aromatiques.

Les visiteurs pouvaient s'y rendre à pied : visite des fermes maraîchères de Thomas et Victor, de la ferme d'élevage avicole de Pierre-Nicolas...





Pour  la ferme maraîchère de Thibault et Véronique et la ferme de grandes cultures de Frédéric qui se situaient plus loin par rapport à l'implantation de la fête, visites sur véhicules hippomobiles à la grande joie des petits… et des grands !



 
Pour se rendre au Conservatoire, les visiteurs étaient accompagnés par un botaniste. Promenade bucolique qui aura permis aux uns et aux autres de découvrir la flore que l'on retrouve au bord de nos chemins champêtres. 

















Pour bon nombre de visiteurs, ces visites étaient une vraie découverte du monde agricole, des méthodes de travail en bio… Beaucoup nous ont dit leur curiosité, leur plaisir et l'intérêt pour eux de ces échanges… Pari gagné !