mardi 29 mai 2018

LOI AGRICULTYRE ET ALIMENTATION: L'ASSEMBLEE NATIONALE REFUSE D'INSCRIRE L'INTERDICTION DU GLYPHOSATE DANS LA LOI

Photo "Reporterre" du 29 mai 2018

Après le renouvellement de la licence du glyphosate pour 5 ans par la commission européenne, Emmanuel Macron avait annoncé son interdiction en France dès que des alternatives auraient été trouvées et au plus tard dans trois ans.

Premier rétropédalage en février, lorsque Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique avait annoncé que des exceptions seraient envisagées pour les agriculteurs qui ne seraient pas prêts  à se passer du glyphosate dans les temps.

Confirmation du manque d'ambition du gouvernement lors de la présentation du projet de loi par le ministre de l'agriculture, Stéphane Travert, à l'assemblée nationale avec l'absence de tout article concernant cette molécule.

Au final, l'assemblée nationale s'est prononcée contre l'interdiction du glyphosate : tous les amendements allant dans ce sens ont été rejetés, jusqu'à celui  proposé en dernière minute par le gouvernement proposant d'interdire ou d'encadrer l'utilisation des pesticide à proximité des habitations.

  • L'ex secrétaire d'état à la biodiversité, Barbara Pompili (LREM) confiait lundi soir sa "peur" de ne pas arriver à "tenir la parole présidentielle",
  • Loïc Prud'homme (France Insoumise) juge pour sa part le sujet "emblématique de ce qu'est le renoncement du gouvernement sur le modèle agricole",
  • Quant à Yannick Jadot (Europe Ecologie les Verts) déclarait ce matin sur France Inter: "C'est un terrible gâchis, c'est le lobby de la malbouffe qui a gagné contre la société, contre la santé, contre l'environnement et contre tous les paysans qui essaient d'être en accord avec la société. On ne va rien faire contre l'agrochimie, contre le pire de l'agriculture".

Au delà du glyphosate, le projet de loi "Agriculture et Alimentation" reste très controversé dans sa globalité. Alors que le ministre de l'agriculture déclarait que son texte serait une "révolution", ses détracteurs y voient une série de mesurettes qui ne changeront pas grand chose pour les paysans et les consommateurs: Bilan complet à lire sur "Reporterre".